portrait

Stéphane Bouchard

Directeur général de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’habitation, Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire

Mode(s) de transport utilisé pour se rendre au boulot: vélo et course à pied

Nombre de kilomètre parcourus pour un aller domicile-travail: environ 5 km

1. Pourquoi avoir choisi ce(s) mode(s) pour aller travailler et /ou pour faire vos déplacements professionnels?

Il y a plusieurs raisons derrière ce choix. Je crois que la raison première est le fait de combiner temps de déplacement et temps d’entraînement. De plus, j’évite ainsi d’ajouter une automobile dans les rues de Québec et d’émettre des gaz à effets de serre. Me déplacer pour le travail ne me coûte presque rien et, tout compte fait, mes déplacements résidence-travail sont aussi rapides à la course ou en vélo qu’en autobus ou en voiture, puisque que ma résidence n’est située qu’à 5 kilomètres de mon travail. Enfin, quand on se déplace de manière active pour se rendre au travail, on commence sa journée complètement énergisé et le déplacement peut aussi constituer un temps de réflexion pour se pencher sur les différents dossiers que l’on aura à traiter durant la journée.

J’ai la chance de pouvoir emprunter, sur la majorité de mon trajet, le corridor cyclable de la rue Père-Marquette.

2. Pourquoi est-ce important pour vous d’utiliser un mode de transport durable pour aller au boulot?

Il m’est apparu depuis longtemps que, sur un strict plan économico-énergétique, il fait peu de sens pour moi de déplacer un véhicule de plus de 1500 kilogrammes pour transporter une seule personne lorsqu’on peut faire autrement.

3. Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis l’adoption de ce mode de transport?

J’ai amélioré ma forme physique. Comme je combine ainsi déplacement pour me rendre au travail et en revenir et activité physique, j’ai plus de temps pour d’autres activités.

4. Quel serait votre conseil à une personne qui n’ose pas essayer les transports durables pour se rendre au travail?

Il faut essayer! En matière de vélo d’hiver, je considère que la prudence est de mise en ce qui a trait à la cohabitation avec les autos : mieux vaut être un chien vivant qu’un lion mort, comme le dit le proverbe! De manière générale, on s’aperçoit vite que la courtoisie appelle la courtoisie et que les automobilistes respectent les cyclistes qui respectent le code de la sécurité routière.

5. Souhaiteriez-vous partager une anecdote, ou encore un coup de cœur par rapport à votre trajet en transport durable?

J’ai appris qu’une gestion minutieuse des vêtements s’impose en matière de transport actif : il est important de ne pas oublier sa chemise ou ses chaussettes à la maison…