portrait

Maude Arsenault

Coordonnatrice aux Communications, Groupe Optel

Mode(s) de transport utilisé pour se rendre au boulot : Covoiturage, Vélo, Course

Nombre de kilomètre parcourus pour un aller domicile-travail: 3,3 km

 

1. Pourquoi avoir choisi ce(s) mode(s) pour aller travailler et /ou pour faire vos déplacements professionnels?

J’ai un mode de vie actif depuis mon très jeune âge. J’ai été sensibilisé à l’activité physique et à la santé dès mes premières années du secondaire. En toute honnêteté, j’utilise la course et le vélo comme moyen de transport premièrement parce que j’adore l’activité physique, deuxièmement par souci de gestion du temps (en allant à la course au travail, je n’ai pas besoin d’aller au gym le soir) et troisièmement et non le moindre, pour réduire mon empreinte environnementale.

2. Pourquoi est-ce important pour vous d’utiliser un mode de transport durable pour aller au boulot?

Non seulement vous procurer des bénéfices aux générations futures, mais vous en procurer aussi à vous-même! Ce sentiment de « je fais ma part » lorsque vous croisez les voitures prises dans les heures de pointe est indescriptible. De plus, nul besoin de vous rappeler les bienfaits de l’activité physique au quotidien. De toute façon, si je ne me rends pas au boulot à la course ou en vélo, je vais aller courir ou faire du sport après les heures de bureau. Aussi bien joindre l’utile à l’agréable! Je me permets d’ajouter que mon souhait de pouvoir fournir à mes enfants un environnement sain et propre est l’une de mes principales motivations au transport durable.

3. Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis l’adoption de ce mode de transport?

J’ai toujours été fanatique de café. Le gout, l’odeur, mais aussi l’effet. J’ai travaillé longtemps de nuit alors nul besoin de vous dire qu’à bruler la chandelle par les deux bouts, le café a été rapidement une partie de moi. Lorsque j’ai commencé chez Optel, la proximité et l’influence à l’interne m’ont fait questionner sur mon mode de transport. Depuis que j’ai changé mon mode de transport pour la course/vélo, j’ai remarqué une augmentation de mon énergie et de ma concentration tout au long de la journée, et ce, en oubliant mon petit café matinal (et du crash d’énergie qui s’en suit!).

4. Quel serait votre conseil à une personne qui n’ose pas essayer les transports durables pour se rendre au travail ?

On parle de course, de vélo, et ce, beau temps mauvais temps, hiver comme été. Ce peut être intimidant pour certains! Même l’idée de covoiturer avec un inconnu peut freiner les meilleures intentions. Je conseille d’introduire le transport durable petit à petit dans nos vies. Commencer en covoiturant avec un ami qui travaille proche de votre boulot. Par la suite, avec un collègue. Continuer avec des gens que l’on connait moins, mais qui habitent proche. Regardez d’avance le trajet à prendre. Même faire un petit bout à voiture pour vous stationner plus près et faire le reste à la marche est un bon geste! Bref, ne vous fixez pas de trop grand objectif. Mieux vaut commencer petit à petit que de se décourager au bout de 2 semaines.

5. Souhaiteriez-vous partager une anecdote, ou encore un coup de cœur par rapport à votre trajet en transport durable?

À avoir travaillé à Montréal pour un stage, aussi appelé la capitale du bouchon, la seule phrase qui me venait en tête chaque matin est « jamais de ma vie je ne vais être prise dans le trafic pour un emploi ». Je dois dire que de passer 3h par jour dans des bouchons de circulation m’a véritablement fait questionner sur mon mode de transport. Tout ce temps perdu qui pourrait servir à passer du temps en famille, faire ces corvées ou même s’instruire, c’est hallucinant. Depuis ce temps, j’ai vendu ma voiture et utilise mon corps comme moyen de transport. De plus, mon emploi possède aussi une plateforme de covoiturage que j’utilise beaucoup.