portrait

Emmanuelle Vallières-Léveillé

Chargée de projets en production animale et en agriculture biologique, Fédération de l’UPA Gaspésie-Les Îles

Mode(s) de transport utilisé pour se rendre au boulot: auto solo et autobus

Nombre de kilomètre parcourus pour un aller domicile-travail: 25 km

1. Pourquoi avoir choisi ce(s) mode(s) pour aller travailler et /ou pour faire vos déplacements professionnels?

La voiture est un incontournable en Gaspésie. Cependant, nous nous sommes donné comme défi, mon copain et moi, de vivre avec une seule voiture pour deux. Puisque nous ne travaillons pas dans la même municipalité, nous devons jumeler le covoiturage, la voiture solo et l’autobus pour nous rendre au travail. Bien que notre principale motivation soit d’ordre environnemental, il est certain que refuser d’avoir une deuxième voiture nous permet de réaliser des économies.

2. Pourquoi est-ce important pour vous d’utiliser un mode de transport durable pour aller au boulot?

Tout simplement pour vivre le plus possible en cohérence avec mes valeurs environnementales. On le sait, les déplacements en voiture sont une grande source de GES, donc j’essaie de limiter mes déplacements en voiture solo. D’ailleurs, j’applique ce principe dans plusieurs aspects de ma vie tels que l’alimentation (bio, végétarisme) et lors de mes achats (seconde main, matériaux plus durables).

3. Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis l’adoption de ce mode de transport?

J’ai commencé à utiliser le transport durable lors de mon arrivée à Québec en 2010. Depuis, j’ai intégré la marche, le vélo et le covoiturage. J’ai remarqué que lorsque je me déplaçais à pied ou à vélo, je me sentais plus éveillée au travail. De plus, éviter de prendre la voiture pour se rendre au travail permet d’éviter de gérer les inconvénients liés à la possession d’une voiture (déneigement, stationnement, trafic…).

4. Quel serait votre conseil à une personne qui n’ose pas essayer les transports durables pour se rendre au travail?

Intégrer une nouvelle habitude requiert du temps alors je dirais tout simplement d’y aller petit à petit. Pour le cas spécifique de l’autobus en Gaspésie, je parlerais des avantages de prendre l’autobus. Par exemple, on peut profiter du paysage bien mieux qu’en voiture, les autobus sont très confortables, on n’a pas à conduire lors des mauvaises conditions hivernales et ça permet de diminuer le stress que peut constituer la présence de chevreuils et d’orignaux sur les routes.

5. Souhaiteriez-vous partager une anecdote, ou encore un coup de cœur par rapport à votre trajet en transport durable?

L’été dernier, un ami nous a demandé si, mon copain et moi, pouvions faire un lift à une personne inconnue lors d’un déplacement à l’extérieur de la région. Nous avons accepté d’emblée avant de savoir qu’il s’agissait du chanteur Vincent Vallières! Eh oui, nous avons été accompagnés de Vincent durant un bon 5h de route. Morale de l’histoire; covoiturez sans retenue!